top of page
  • Photo du rédacteurMarco Feiten

10 étapes pour une meilleure résilience de la chaîne d'approvisionnement


Depuis la pandémie COVID-19, l'accent est mis sur la logistique dans la gestion des risques de la chaîne d'approvisionnement - et comme on l'a encore vu récemment, c'est tout à fait approprié. Ainsi, les porte-conteneurs font actuellement un long détour par le Cap de Bonne Espérance, car la route par la mer Rouge est devenue trop dangereuse en raison des attaques des Huthi. Et avec les tensions géopolitiques en Asie du Sud-Est, de nouveaux chocs s'annoncent éventuellement. 

 

La gestion des risques de leurs chaînes d'approvisionnement a donc pris une importance considérable pour les entreprises. Et il ne s'agit pas seulement de la logistique, mais aussi, par exemple, de la surveillance efficace des fournisseurs, de l'identification des risques financiers ou de la limitation efficace des cyber-risques. Nous vous présentons ci-dessous dix étapes efficaces pour une meilleure résilience de la chaîne d'approvisionnement:

 

1. La base : établir des plans d'urgence pour la logistique 

 

Lorsqu'un risque survient, l'impact dépend souvent de la vitesse de réaction. Celle-ci peut être réduite de manière significative s'il existe déjà des plans d'urgence bien conçus. Bien sûr, il n'est pas possible de tout prévoir. Toutefois, cela ne peut et ne doit pas être une raison pour ne pas franchir cette étape élémentaire. Il faut avoir au moins une esquisse de planification pour le plus grand nombre possible d'éventualités. Car cela permettra de gagner énormément de temps en cas d'urgence - et donc de limiter les dégâts. 

 

2. Eprouvé depuis des décennies : Utiliser le modèle PPRR

 

Le modèle PPRR (Prevention, Preparedness, Response & Recovery) est une approche intégrée utilisée dans la réduction des risques de catastrophe et la gestion des urgences, qui décrit les différentes phases du cycle des catastrophes. Ce modèle a été développé dès 1978 par l'American Governor's Association.


Graphique: State of Queensland, 2022

3. Créer de la transparence - pour toutes les parties prenantes

 

La loi allemande sur la chaîne d'approvisionnement (LkSG) et la directive Corporate Sustainability Due Diligence (CSDDD) récemment adoptée par le Parlement européen ne sont pas les seules à obliger les entreprises à gagner et à créer plus de transparence dans leur chaîne d'approvisionnement. Dans le cadre de la mégatendance ESG, la transparence de la chaîne d'approvisionnement est également un sujet de préoccupation pour les investisseurs, les autorités de surveillance ou les sociétés de notation. Pour les entreprises, ce n'est donc plus un "pouvoir", mais un "devoir". Et en fin de compte, cela contribue également à atteindre une plus grande durabilité et résilience. 

 

4. "Nearshoring rulez" - miser sur un approvisionnement plus régional

 

En économie, nous connaissons le principe des avantages comparatifs en matière de coûts selon David Ricardo. Il stipule qu'une personne ou une nation doit se concentrer sur la production de biens pour lesquels elle a des coûts opportunistes inférieurs à ceux des autres. Les pays peuvent ainsi obtenir des avantages considérables en se spécialisant et en commerçant. Cela a été et reste un puissant moteur de la mondialisation. Cependant, la pandémie a montré que nous ne pouvions pas produire suffisamment de médicaments nous-mêmes ou que nous étions trop dépendants des centres de production en Inde. Et les tensions géopolitiques autour de Taïwan sont également liées - outre le conflit systémique - à la dépendance de nombreux produits vis-à-vis des puces électroniques produites uniquement dans ce pays.

 

De plus, outre les incertitudes logistiques, les longues distances d'approvisionnement sont également soumises à des risques de prix (pensez à l'explosion des prix de l'énergie après le début de la guerre en Ukraine) et sont écologiquement discutables. Il est donc judicieux pour les entreprises de se demander si, à long terme, il ne serait pas préférable de rechercher des fournisseurs et des distributeurs plus proches de leur centre d'exploitation ou de la destination finale de leurs chaînes d'approvisionnement. Cela permettrait également de réduire la durée des cycles de livraison des produits.

 

5. Miser sur la diversification - multi-sourcing 

 

Outre un approvisionnement plus régional, la résilience de la chaîne d'approvisionnement peut bien entendu être considérablement accrue si les composants critiques sont achetés auprès de plusieurs fournisseurs, situés par exemple sur différents sites. 

 

Cette stratégie n'est toutefois réalisable que si les composants sont compatibles et si possible de même qualité. En outre, cette mesure augmente sans aucun doute la complexité de l'approvisionnement et pourrait également générer des désavantages en termes de prix si les quantités achetées par fournisseur sont inférieures à celles achetées auprès d'un seul fournisseur. Une solution possible : communiquer le désavantage à ses propres clients (et à d'autres parties prenantes) comme un avantage clair pour vous et imposer en contrepartie des majorations de prix ou des contrats plus longs, qui offrent à leur tour une plus grande sécurité de planification. 

 

6. Définir et utiliser les KPI, par ex. pour le fret 

 

Quelle que soit la position d'une entreprise dans la chaîne d'approvisionnement, il est évidemment essentiel de travailler avec des transporteurs qui peuvent fournir des résultats cohérents et fiables. Les indicateurs à surveiller comprennent le temps de chargement, le temps de transit, la planification de l'entretien et le nombre moyen d'arrêts sur un itinéraire donné. En analysant ces données, les entreprises sont mieux à même de choisir un prestataire qui répond à leurs besoins.   


Pour d'autres aspects de la chaîne d'approvisionnement, il est également utile de définir des indicateurs clés de performance et de prendre des décisions basées sur les données. 

 

7. Simuler des scénarios de risque 

 

Le commerce électronique n'est pas devenu aussi important uniquement en raison de la commodité d'une commande en ligne - son succès repose en grande partie sur la collecte et l'utilisation perfectionnées des données. 

 

Il en va de même pour la gestion des risques, même s'il est beaucoup plus difficile d'obtenir, de traiter et d'agréger des données pertinentes. Toutefois, si ces données sont disponibles, il est possible non seulement de visualiser et de suivre les évolutions actuelles, mais aussi de simuler des scénarios futurs. C'est un domaine sur lequel scrioo travaille et mettra à disposition des entreprises les outils correspondants à partir de 2025. 

 

8. Les voleurs des temps modernes sont assis devant des ordinateurs - protégez-vous contre les cyberrisques

 

Les chaînes d'approvisionnement sont des points d'entrée potentiels dans les systèmes d'une entreprise, car il n'y a aucun contrôle sur les mesures de sécurité mises en place par les partenaires plus loin dans la chaîne d'approvisionnement. Dans le dernier Sophos Threat Report : Cybercrime on Main Street, les experts en sécurité informatique indiquent qu'en 2023, la chaîne d'approvisionnement a été de plus en plus attaquée dans l'entreprise et dans l'infrastructure informatique, et que les points faibles se situaient souvent dans le logiciel de gestion et de surveillance à distance d'un fournisseur de services.

 

En conséquence, les entreprises devraient définir des normes de conformité pour tous les fournisseurs tiers, y compris les fabricants, les fournisseurs et les distributeurs. Et comme l'homme est généralement le maillon le plus faible (et le plus puissant) de la chaîne : les collaborateurs doivent être formés et informés en permanence.

 

9. Connaissez vos fournisseurs - rassembler les données essentielles pour un scoring


Alors que la connaissance du client (KYC) est une norme établie dans de nombreuses entreprises, cela ne s'applique pas ou seulement partiellement à leurs propres fournisseurs. On argumente souvent, et c'est compréhensible, que le service des achats ne peut pas s'en charger, car comment le faire lorsqu'il y a des centaines, voire des milliers de fournisseurs et que ceux-ci changent régulièrement ?


La réponse se trouve une fois de plus dans les données et les systèmes. Il existe suffisamment de fournisseurs d'informations sur la gouvernance, de fournisseurs de screening PEP et de listes de sanctions, de ratings de crédit et de solvabilité, etc. Le véritable art consiste à rassembler ces informations dans un système de gestion des fournisseurs ou au moins dans un système d'évaluation des fournisseurs. 


En outre, une surveillance des fournisseurs basée sur l'analyse des médias offre d'immenses avantages : 

 

10. Surveiller les risques en temps réel - avec scrioo

 

Les étiquettes RFID ont fait leurs preuves en matière de suivi des marchandises. Elles permettent par exemple de surveiller les itinéraires de transport et de détecter rapidement les écarts. 

 

L'analyse des médias est également très utile, car elle peut également fournir des informations pertinentes en temps réel - sur les restrictions de transport dues à des accidents ou des catastrophes naturelles, sur les nouveaux résultats concernant le développement commercial ou les changements de personnel chez les fournisseurs, ainsi que sur certains thèmes stratégiques importants pour la chaîne d'approvisionnement, comme les matières premières critiques ou les pièces ou processus de fabrication spéciaux. 

 

C'est ce que fournit scrioo. En effet, des millions de nouveaux contenus sont créés et publiés chaque jour dans le monde entier (et dans de nombreuses langues différentes), de sorte que leur filtrage, leur catégorisation, leur regroupement et leur évaluation ne peuvent être réalisés qu'à l'aide d'une IA spécifique.   

 

Vous avez trouvé cet article utile ? N'hésitez pas à le partager ! 

Comments


bottom of page